location avec jacuzzi en bretagne, maison avec spa en finistere, gite avec jacuzzi en bord de mer
texte_newsletter
Inscrivez-vous à notre Newsletter, et recevez toutes nos actualités :
boxe_livre_or
texte_rejoignez-nous

 

Nous sommes sur les réseaux sociaux :

 

 


Quelques définitions avant de prendre le chemin des Abers

 

Au Nord-Ouest du Finistère, sur la côte des légendes, se trouve le Pays des Abers. Des trois abers qui le composent (Aber Wrac'h, Aber Benoit, Aber Ildut), l'Aber Wrac'h est sans doute le plus connu et le plus long.

 

Le mot aber, d’origine celtique, fait référence à une vallée soumise aux fluctuations des marées.

Pendant la glaciation du ries quaternaire, des fentes se sont formées dans les zones côtières qui suite à l’affaissement du sol et du relèvement du niveau de la mer sont devenues les fiords de Norvège, les rias d’Espagne ou les abers du Pays de Galles et de Bretagne. Notre région en compte trois : l’Aber Wrac’h, l’Aber Benoît et l’Aber Ildut plus au sud. Ils constituant des écrins de verdure et des havres de paix qui contrastent avec la côte sauvage naturelle très découpée.

 

 

L'Aber Wrac'h

Son nom signifierait en breton, le havre de la fée ou de la sorcière, à moins qu’il ne fasse référence à la « vieille », poisson commun de la région. C’est le plus grand des trois abers. Sillonnant la campagne sur plus de 12 km, il est navigable jusqu'à Paluden à Lannilis, port de débarquement du bois provenant des pays nordiques. Son embouchure large de 2 km abrite le port de l’Aber-Wrac’h. Ce dernier, situé sur une route maritime très fréquentée, servit d’escale aux Phéniciens de l’Antiquité avant la traversée vers les îles Scilly où ils achetaient leur étain, puis aux commerçants hollandais du 18ème siècle et de nos jours aux nombreux plaisanciers qui le fréquentent.

 

L'Aber Benoît

Son nom proviendrait d’une mauvaise traduction du breton « aber-beniguet », signifiant en fait « aber béni » certainement suite à l’implantation sur ses berges des oratoires de Tudgibus et de son fils Majan au 6ème siècle. Long de 8 km, il est accessible pour les voiliers jusqu’au pont de Tréglonou. Au début du siècle, on dénombrait plus d’une centaine de moulins le long de ses rives et aux alentours. L’activité ostréicole y est très prospère, la renommée de la belon des Abers n’étant plus à faire. Le mouillage dans l’Aber-Benoît reste très apprécié des plaisanciers et le Vill constitue l’un des lieux de déchargement des algues (laminaires) les plus importants.